IT.CAN Newsletter/Bulletin – September 21, 2012/21 septembre 2012

Part 1

Cell Phone Use While Driving

A Justice of the Peace of the Ontario Court of Justice has engaged in a very thorough review of the case law around the provincial offence of driving while using a hand-held wireless communication device in R. v. Petrovic. The evidence in the case consisted only of the testimony of the officer who had issued the ticket. He had observed the accused drive past him while holding a black device to his left ear, and apparently talking. The officer also observed a black cord going from the device to the dashboard of the car. However, when he pulled the vehicle over, he did not ask to see the device and did not inspect it in any way. His notes contained no observations about the nature of the device after he had stopped the vehicle, and the officer testified that he had no recollection of seeing it.

The accused argued that it had not been proven beyond a reasonable doubt that he had a “hand-held wireless communication device or other prescribed device that is capable of receiving or transmitting telephone communications, electronic data, mail or text messages,” as required by terms of the offence. Particular, he argued that it had not been proven that he had a cell phone at all. If it were, the accused argued, the Crown was also required to prove that the cell phone was capable of receiving or transmitting telephone communications, electronic data, mail or text messages. Finally, the accused argued that the justice of the peace could not take judicial notice that a cell phone is a “hand-held wireless communication device”.

The justice of the peace reviewed previous case law on the subject to determine what actually needed to be proven and how those facts could be proven. He rejected the accused’s latter two arguments as a matter of law. He found that he could take judicial notice that a cell phone was the kind of instrument prescribed by the regulations. Further, he concluded that the Crown was not required to prove the capacity of the cell phone to receive or transmit messages at the time. This was so for two reasons. First, the provision should be read as dealing with two types of devices: “hand-held wireless communication devices”, and “other prescribed devices that are capable of receiving or transmitting telephone communications, electronic data, mail or text messages.” On that reading, the qualification was only meant to be a descriptor of the type of devices covered by the law: cell phones and other devices performing similar functions, in essence. Beyond that, it was not necessary that the cell phone be proven to be operational at the relevant time. He relied on a case from earlier in 2012, R v Kazemi, for the view that

The distraction and interference with driving occurs whether the device is operable at the time or not. For example, a cell phone whose battery is so low as to be unable to transmit or receive calls, will still pose a distraction to a driver who, unaware of this, decides to hold or attempt to use it.

With regard to the final argument, that it had not been established that the device was a cell phone, the justice of the peace relied on the circumstantial evidence to conclude otherwise. He noted that the accused was holding the device to his ear, that the device was connected by a cord to the dashboard, that the accused was talking, and that the accused was alone in the vehicle. The only reasonable conclusion to draw from those facts was that the accused was talking on a cell phone, and so that element had been established.

Ontario Privacy Commissioner Releases Paper on UAVs

Ontario Information and Privacy Commissioner Anne Cavoukian has released a paper on the privacy concerns stemming from the use of Unmanned Aerial Vehicles (“UAVs”). The report notes the increasing domestic use of UAVs and predicts a growth in that use, and therefore (as part of the Commissioner’s “Privacy by Design” initiative) proposes that steps need to be taken at the front end, in order to build in privacy protection before it is compromised.

The report notes that UAVs come in many different sizes and are used for may purposes. The largest can fly as hgh as 30,000 metres and have been used for military purposes as well as for mapping or for atmospheric monitoring. The smallest fly at heights of 150-300 metres and can be operated inside buildings: “mini UAVS” weigh less than 30kg, but there are also “micro UAVS” weighing in at under 100 grams. The report notes that the various UAVs “operate in diverse environments and high risk roles, such as atmospheric research (including weather and atmospheric gas sampling), scientific research, oceanographic research, geophysical research, mineral exploration, imaging spectrometry, telecommunications relay, police surveillance, border patrol and reconnaissance, survey and inspection of remote power lines and pipelines, traffic and accident surveillance, emergency and disaster monitoring, cartography and mapping, search and rescue, agricultural spraying, aerial photography, promotion and advertising, weather reconnaissance, flight research, and fire-fighting monitoring and management.

In addition, and the source of many of the privacy concerns, most UAVs are equipped with cameras which take photos and transmit them to a ground control station. UAVS can also be equipped with forward-looking infrared scanners or with thermal imaging cameras. This technology can be combined with advanced video analytics, with the result that “[t]his, when combined with facial recognition (FR) software, can be used to continuously track individuals while in public and also in private (e.g., through windows or even walls).”

The report notes that some regulations already exist governing the use of UAVs, since they do occupy airspace. However, the focus of those regulations is the safe use of UAVs, rather than anything to do with privacy concerns. The report therefore suggests that privacy needs to be addressed in the planning stages, so that we do not stumble into a surveillance society.

Use of UAVs by the police, the Report suggests, would require a warrant. There are many other uses, however, and so the Rerpot proposes public consultation with relevant stakeholders in any situations where UAVs might capture, even inadvertently, personal information. Further, a privacy impact assessment should be done, before engaging in any specific UAV use, to weigh the impacts on personal privacy against the associated benefits involved, and the ways in which any adverse effects can be mitigated through limiting the collection, use, disclosure, and retention of personal information. This could involve limiting where cameras could be aimed (for example by making sure they do not look in windows), but using measures to blur faces as the pictures are gathered, and by training personnel to be cognizant of privacy issues. In addition the Report suggests that Transport Canada should consider requiring UAV operators to comply with a privacy protection program and to have a responsible privacy officer.

Costs and Google Searches

The issue of the extent to which a party to a civil action is required to report activity on the internet arose in Gichuru v. Pallai. Gichiru had launched an action claiming that Pallai had defamed him on the internet: Pallai succeeded in having the suit dismissed through a summary judgment. Gichiru, however, argued that Pallai should be refused his costs, because he had not complied with the obligation, under the British Columbia civil procedure rules, to state all material facts in their response to the Notice of Civil Claim.

In particular, Pallai had discovered that Google searches of his own name turned up allegations by Gichiru of racial discrimination against him. Acting on advice, he posted a number of other items to the web which included his own name, in an effort to drive the Gichiru allegations lower down in search results. In his pleadings, although he denied making the statement on the web about Gichiru which were the substance of the defamation claim, he made no mention of these postings aimed at affecting the Googl search results.

The application judge found that there was no basis for denying the successful defendant his costs. She held that the defendant had complied with the rules, but that even if his pleadings had not been optimal “the conduct is not of the sort that warrants the court’s rebuke.”

Privacy Commissioner Launches Online Complaint Form

The Office of the Privacy Commissioner of Canada has launched a new online form for filing complaints under the Privacy Act and the Personal Information Protection and Electronic Documents Act. With the new form, users are sent a link via email and can submit their complaint through the online form. The link is one-time use and expires after two hours, and the form invites complainants to indicate the nature of their complaint and any efforts they have made to resolve it. Any information submitted by way of the online form is encrypted and be stored securely.

Korean Court Finds Online Real-Name Requirements Unconstitutional

The Constitutional Court of Korea has recently declared South Korea’s “Online Real-Name Rules” to be unconstitutional. The rules were enacted in 2007 as part of the Act on Promotion of Information and Communications Network Utilization and Information Protection (“the Act”). The legislation required Internet users to identify themselves before they could submit comments to online forums, and tasked forum operators with verifying user IDs. The court unanimously held that the rules unduly violated users’ freedom of expression rights beyond the minimum level of infringement required to achieve their purpose. For example, the Court cited that attempting to trace those who post illegal content by use of IP addresses would be less intrusive.

Moreover, the court cited the “constitutional value” of anonymous online discourse for promoting the expression of minority opinions and criticism. This case is not yet available on English version of the Constitutional Court of Korea’s website.

While this decision means the Act is effectively inoperative in Korea, the Korean Communications Commission is seeking to develop policies related to defamation and illegal communications, with an eye towards self-regulation by telecommunications companies.

Eatons Commercial & Residential Services Ltd Receives Administrative Penalty for Calling Consumers on the Do Not Call List

In Telecom Decision CRTC 2012-478, the CRTC levied an $8,000 administrative monetary penalty against Eatons Commercial & Residential Services Ltd (“Eatons”) for engaging in telemarketing communications with consumers whose phone numbers were registered on the Do Not Call List (DNCL).

The Commission found that Eatons had, on its own behalf, initiated three telemarketing telecommunications to consumers whose telecommunications numbers were registered on the National Do Not Call List, and for initiating these telemarketing telecommunications without being a registered subscriber of the National DNCL and having paid all applicable fees to the National DNCL operator; and one telemarketing telecommunication to a consumer whose telecommunications number was registered on the National DNCL, and for initiating this telemarketing telecommunication without being registered with, and having provided information to, the National DNCL operator, in violation of the Unsolicited Telecommunications Rules. Initially, a much greater number of calls was at issue, but Eatons disputed a number of the witness statements.

Eaton’s attempted to establish a defence of due diligence, but the Commission was unconvinced:

39. The Commission notes that Eatons appears to have established written policies and procedures to comply with the Rules and that, in these documents, Eatons mentions that it monitors and enforces compliance with the Rules. However, the Commission notes that Eatons did not follow its own policies and procedures since there were gaps between the subscriptions purchased, the National DNCL was not downloaded regularly, and Eatons did not use the National DNCL obtained from the National DNCL operator, or updated, no more than 31 days prior to the date any telemarketing telecommunication was made.

40. The Commission considers that, according to the information provided by Eatons and the record of the proceeding, it is not possible to conclude that the company’s procedures would prevent calling a consumer whose telecommunications number has been registered on the National DNCL for at least 31 days.

The Commission referred to Telecom Decision 2007-48, which sets out a partial list of criteria it will use in assessing the defence of due diligence.

Competition Bureau Sues Bell, Telus, and Rogers for Misleading Cellphone Customers

The Competition Bureau has launched a suit in the Ontario Superior Court of Justice against Bell Canada, Rogers Communications, Telus Corporation, and the Canadian Wireless Telecommunications Association (“CWAT”) for misleading consumers about the sale and prices of premium-rate digital content over the first three defendants’ wireless networks. The investigation relates to text messaging using “common short codes”, which are shorter SMS numbers/addresses assigned by the CWTA's Short Code Council. The CWTA then leases these numbers to third parties who use them to deliver premium content. The Commission noted, in their backgrounder:

While text messaging and digital content delivered through common short code can be free to a wireless customer or billed at standard text messaging rates, these codes can also be used to impose charges at higher rates. Premium-rate digital content, including things like trivia questions and ringtones, can cost up to $10 per transaction, and up to $40 for a monthly subscription. The digital content at issue was offered through advertisements in popular free apps on wireless devices, as well as online, and consumers were led to believe that these products were free, when they were not. The key is that users need to understand and knowingly accept these charges. To date, the disclosure has been wholly inadequate, and Bell, Rogers and Telus profited from these charges, at their own customers' expense.

The Bureau’s media release stated:

"Our investigation revealed that consumers were under the false impression that certain texts and apps were free," said Melanie Aitken, Commissioner of Competition. "Unfortunately, in far too many cases, consumers only became aware of unexpected and unauthorized charges on their mobile phone bills."

The premium-rate digital content in question can cost up to $10 per transaction, and up to $40 for a monthly subscription, rates over and above standard text messaging plans.

The Bureau seeks a stop to the activity and full refunds for customers already charged, as well as administrative monetary penalties of $10 million for each of the mobile service providers and $1 million for the CWAT. See also CBC’s story on the lawsuit.

Appeal allowed due to trial judge’s extra-curricular Googling

In R. v. Balen, 2012 ONSC 2209 (CanLII), the appellant was seeking to overturn a conviction for failing to stop his vehicle at an accident. Among the grounds for appeal were that the trial judge had apparently carried out his own research on an important factual matter by use of the Google search engine. The trial judge’s decision cited a Google search which was not evidence adduced by either party to the proceeding.

Since the information – related to the fabric of a track suit – went to the identity of the parties, it was one of the bases of appeal.

The Ontario Superior Court, in reversing the conviction, wrote:

[61] Apparently, feeling the need for further clarification and evidence, the trial judge conducted a Google search to confirm whether K-way manufactured tracksuits. In limited circumstances, a trier of fact may take judicial notice of an adjudicative fact “capable of immediate and accurate demonstration by resort to readily accessible sources of indisputable accuracy”: R. v. Find 2001 SCC 32 (CanLII), (2001), 154 C.C.C. (3d) 97 (S.C.C.), at pp. 115, 119; R. v. Williams 1998 CanLII 782 (SCC), (1998), 124 C.C.C. (3d) 481 (S.C.C.), at p. 489. Internet Google search engine access to a Wikipedia or similar site, for example, may or may not contain accurate information. While a court may utilize the internet to access Google maps (R. v. Calvert, 2011 ONCA 379, at paras. 2-8), resort to the internet by the trier of fact regarding commercial information, conduct outside the courtroom not disclosed at trial, is inappropriate: see generally, United States of America v. Saad 2004 CanLII 9931 (ON CA), (2004), 183 C.C.C. (3d) 97 (Ont. C.A.), at p. 110 (leave to appeal refused, [2004] S.C.C.A. No. 232); Ardoch Algonquin First Nation v. Canada (Attorney General) (2003), 311 N.R. 180 (F.C.A.), at para. 16; AstraZeneca Canada Ltd. v. Apotex Inc. 2003 FCA 487 (CanLII), (2003), 30 C.P.R. (4th) 431 (F.C.A.), at paras. 6-14; R. v. Whittaker 2001 ABQB 873 (CanLII), (2001), 301 A.R. 136 (Q.B.), at para. 25.

[62] The issue of the style and type of fabric of the tracksuit was critical to the trial court’s path of reasoning. It is unknown whether the court’s independent internet search included information about the colours available, distribution and sale in Canada, and the type of fabric. The defence had no opportunity to see the extra-curial evidence, to cross-examine upon it or to lead other evidence relevant to it.

In light of the above error by the trial judge, the appeal was allowed.

2ième partie

Diffamation découlant d’une utilisation maladroite de Facebook : le préjudice ne se présume pas

Le défendeur a admis avoir commis une faute en transmettant erronément un message diffamatoire sur le mur d’une amie Facebook alors qu’il croyait être en correspondance privée avec cette dernière. Le demandeur allègue que le caractère viral d’Internet aurait aggravé le préjudice qu’il a subi. Le tribunal explique que la preuve d’un tel préjudice doit être apportée par un demandeur qui ne bénéficie pas d’une présomption particulière du fait que le propos aurait été diffusé par le biais d’un réseau social, Facebook, Twitter, Youtube, My Space ou autre. S'il est vrai qu'Internet est un puissant outil de diffusion» et que ceux qui parlent ou écrivent sur Internet doivent le réaliser, la publication d'un commentaire sur les réseaux sociaux ne dispense pas le demandeur de faire la preuve du préjudice subi même s'il est admis que le message peut se transmettre plus vite et plus loin que lorsque publié par des moyens plus traditionnels.

Afficher deux prix différents lors d’une navigation sur un site transactionnel ne constitue pas une pratique de commerce interdite par la LPC

L'Union des consommateurs (ci-après « l'Union »), désire être autorisée à exercer un recours collectif contre Air Canada au nom de ceux qui ont acheté un titre de transport aérien d'Air Canada et qui ont payé un prix supérieur à celui qu'Air Canada annonce dans ses publicités et/ou dans son site Internet. L'Union soutient essentiellement qu'Air Canada contrevient aux dispositions expresses de l'article 224 de la Loi sur la protection du consommateur (ci-après « L.P.C. »), alors que le prix d'un billet d'avion, tel qu'il apparaît à la première étape d'une recherche effectuée par un consommateur sur le site Internet d’Air Canada, n'est pas le même que celui qui sera ultimement facturé, et ce, en raison des nombreux suppléments qui y sont ajoutés dans les étapes subséquentes. Quant à Air Canada, elle avance que son site en est un dit transactionnel et qu'en tout temps, pendant la navigation, le consommateur est informé du déroulement de la transaction. Une fois les démarches complétées, il obtient un prix qui devient donc le prix « annoncé » et le consommateur a, dès lors, l'option d'acheter ou non le billet en question.

Le tribunal doit d’abord décider si les prix indiqués par Air Canada, dans son site Internet, constituent une « annonce » . Si le message publicitaire se transmet à l'aide de différents types de médias, que ce soit de façon traditionnelle ou par voie électronique, l'annonce de prix peut également se faire de façon traditionnelle, telle l'étiquette d'un prix sur un item en magasin ou encore par voie électronique, tel un catalogue sur un site Internet. Le Tribunal ne partage pas le point de vue de Air Canada qui voudrait une application restreinte au seul concept de « message publicitaire », en ce que le prix annoncé soit celui que l'on retrouve uniquement dans un message publicitaire. Le Tribunal conclut que l'Union a fait la démonstration qu'ultimement, le prix indiqué sur le site Internet de Air Canada constitue une annonce.

Ensuite, le tribunal doit décider si c’est la première étape et non la dernière de la méthode de navigation imposée par Air Canada, sur son site Internet, qui révèle le prix annoncé au sens de l'article 224. L'Union soutient que le prix annoncé est celui se retrouvant à la première étape, tandis que Air Canada prétend qu'il s'agit plutôt de celui affiché à la deuxième étape et qu'en conséquence, elle ne contrevient pas à l'article 224 c) L.P.C. À la première étape, le consommateur choisit son vol mais ne peut acheter son billet et doit nécessairement passer à la seconde étape. À la fin de cette seconde étape, le consommateur doit indiquer qu'il accepte le tarif et désire continuer. Même si le consommateur accepte le tarif, il ne peut toujours pas acheter son billet. Pour ce faire, il doit passer à la troisième étape consistant à l'achat comme tel à l'aide d'une carte de crédit. Le site d'Air Canada est interactif, la situation est fort différente d'un catalogue Internet, lequel entrerait dans la catégorie de « Site informationnel ». Ce site transactionnel est par sa nature évolutif, comme le démontrent fort bien les trois étapes de navigation. Le fait que le site de Air Canada indique deux prix différents lors d'une même séance de navigation fait en sorte que le Tribunal ne peut, comme le voudrait l'Union, décider arbitrairement lequel des deux prix constitue le « prix annoncé ». Cependant, on peut assimiler à une pratique de commerce au sens de la Loi le fait d'avoir plus qu'un prix dans une même séance de navigation dans un site dit transactionnel. Le but ultime de la L.P.C. au chapitre des Pratiques de commerce, veut que le consommateur ne soit pas induit en erreur, cette volonté du législateur doit s'appliquer tant pour un site informationnel que pour un site transactionnel. Le Tribunal doit considérer les représentations contenues dans le site transactionnel ainsi que l'impression générale qu'elles donnent. Le Tribunal ne peut accepter la prémisse proposée par l'Union, soit de considérer uniquement le premier prix proposé lors de la séance de navigation, pour conclure à une contravention de l'article 224 de la Loi. Il faut, au contraire, considérer un « premier contact complet avec la publicité ». Dès lors, il faut considérer l'impression générale que l'ensemble du site d'Air Canada peut donner à un consommateur crédule et inexpérimenté, et ce, en tenant compte du sens littéral des mots utilisés. Force est de constater que tout au long de la navigation, le consommateur fait l'objet d'avertissements. Le Tribunal conclut que le site transactionnel d'Air Canada, dans sa facture actuelle, ne comporte aucune pratique commerciale interdite, le tout faisant en sorte que le prix du billet d'avion dénoncé à la deuxième étape de la navigation constitue le prix annoncé au sens de l'article 224 de la Loi.

En plus des autres conditions prévues à la loi, l'Union n'a pas fait la démonstration que les faits allégués paraissent justifier les conclusions recherchées, faisant dès lors échec à la demande d'autorisation d'entreprendre un recours collectif.

Des propos menaçants sur Facebook ne sont pas un motif de résiliation du bail

Le locateur demande la résiliation du bail de la locataire ou à défaut, l’émission d’une ordonnance l’enjoignant de se départir de son chien. Au soutien de sa demande, le locateur allègue essentiellement que le conjoint de la locataire, lequel occupe également le logement, fait défaut de se comporter en personne raisonnable. Il invoque que ce dernier a proféré des menaces de mort à l’endroit de la mandataire du locateur, Mme Robitaille. Il dépose une copie d’une conversation entre le conjoint de la locataire et des amis sur le réseau social Facebook où il est question de se venger de la procédure judiciaire introduite par cette mandataire relativement à l’expulsion de son chien et d’éliminer cette dernière. Le conjoint de la locataire se dit désolé des propos impulsifs écrits sur Facebook et affirme qu'il ne se doutait pas qu’ils seraient interprétés comme des menaces de mort à l’endroit de Mme Robitaille, alors qu’il échangeait entre amis d’une façon qu’il croyait anodine.

Après analyse de la preuve, le tribunal considère que les propos pour le moins désobligeants du conjoint de la locataire ne justifient toutefois pas l’expulsion de la locataire de son logis, logis qu’elle habite depuis 16 ans. Ces propos ont été tenus voilà plus d’un an et demi. Aucune récidive, en termes de menaces ou d’intimidation n’a été rapportée depuis, ni problème relativement au comportement du conjoint de la locataire. Celui-ci paraît toujours repentant et demeure plutôt en bons termes avec Mme Robitaille. Dans ces circonstances, le tribunal estime que la situation relatée ne justifie pas, en termes de préjudice sérieux, la résiliation du bail de la locataire, sanction capitale s’il en est une. Toutefois, le tribunal conclut que le chien de la locataire et de son conjoint est gardé à des fins de bon compagnonnage et non à des fins thérapeutiques et qu’ils ne peuvent le garder dans leur logement alors que la clause d’interdiction du bail à laquelle ils adhéraient librement est valable et se doit d’être respectée.

Propositions afin de faciliter l'octroi de licences de droits sur les œuvres musicales dans le marché européen

La Commission européenne propose des mesures visant à moderniser les sociétés de gestion collective de droits d'auteur et à les inciter à renforcer leur transparence et leur efficacité. La demande de contenus culturels en ligne (musique, films, livres, etc.) ne cesse de croître, sans tenir compte ni des frontières ni des restrictions nationales. Ce sont les sociétés de gestion collective de droits d'auteur, en particulier pour la musique qui gèrent collectivement la concession de licences d'exploitation en ligne d'œuvres musicales protégées par le droit d'auteur pour le compte d'auteurs et de compositeurs et leur redistribuent les redevances qui s'y rapportent.

Selon la Commission, certaines sociétés de gestion collective ont du mal à s'adapter aux contraintes de la gestion de droits pour l'exploitation en ligne d'œuvres musicales, notamment dans un contexte transfrontière. La proposition prévoit, dès lors, que les sociétés de gestion collective qui veulent se lancer dans la concession de licences multiterritoriales sur leur répertoire devront se conformer à des normes européennes. Il s'agit de faire en sorte que les prestataires de services puissent obtenir plus facilement les licences nécessaires à la diffusion de musique en ligne dans toute l'Union européenne et d'assurer la bonne perception des revenus et leur répartition équitable entre les auteurs et les compositeurs.

Ainsi, les sociétés de gestion collective, tous secteurs confondus, seraient tenues de respecter de nouvelles normes européennes garantissant une meilleure gouvernance et une plus grande transparence de leurs activités. Il est nécessaire de modifier certaines pratiques, comme en attestent non seulement des affaires récentes dans lesquelles une mauvaise politique d'investissement a englouti une partie des redevances perçues au nom des titulaires de droits, mais également les retards importants observés dans le versement des redevances aux titulaires de droits. L'amélioration du fonctionnement des sociétés qui assurent la gestion collective des droits d'auteur permettrait aux prestataires de services de mettre plus facilement en place de nouveaux services accessibles par-delà les frontières, ce qui est dans l'intérêt des consommateurs européens comme de la diversité culturelle. La proposition poursuit deux objectifs complémentaires. Il s’agit d’abord de promouvoir la transparence et améliorer la gouvernance des sociétés de gestion collective en renforçant leurs obligations d'information et le contrôle de leurs activités par les titulaires de droits, de manière à créer des incitations à la prestation de services plus innovants et de meilleure qualité. Ensuite, sur cette base, et d'une manière plus spécifique, la Commission vise à encourager et faciliter la concession de licences de droits d'auteur multiterritoriales et multirépertoires pour l'utilisation d'œuvres musicales en ligne dans l'Union européenne et l'Espace économique européen.

Les règles proposées changeraient la façon de travailler des sociétés de gestion collective dans toute l'Europe, en imposant par exemple une meilleure gestion des répertoires, le versement plus rapide des sommes dues aux membres, la transparence des flux financiers générés par l’exploitation des droits d'auteur, l'élaboration d'un rapport de transparence annuel et la communication directe d'informations supplémentaires aux titulaires de droits et aux partenaires commerciaux (qui peuvent être d’autres sociétés de gestion collective). Les États membres devraient se doter de mécanismes pour la résolution des litiges entre ces sociétés et les titulaires de droits. Il serait plus facile de concéder des licences de droits d'auteur multiterritoriales pour l'utilisation d'œuvres musicales sur Internet par-delà les frontières, sous réserve de justifier de capacités techniques suffisantes pour assurer cette tâche efficacement, ce qui profiterait aussi bien aux auteurs qu'aux fournisseurs de services Internet et aux citoyens.

La diffusion sur Internet aggrave le préjudice moral – France

Un journal et un journaliste ont affirmé dans un texte diffusé sur Internet que l’un des animateurs bénévoles de l’Association des victimes de la route de Bretagne se présentait comme conseiller juridique, un comportement susceptible d’être qualifié d’exercice illégal de la profession d’avocat. Les affirmations ont été diffusées sans avoir effectué une enquête sérieuse. Le Tribunal de grande instance de Paris a pris en considération le fait que l’article avait été diffusé sur un site Internet, ce qui aggrave le préjudice moral.

Généalogie et données publiques – pas d’exportation hors les juridictions assurant une protection équivalente des données personnelles – France

La cour administrative d’appel de Lyon dans un arrêt du 4 juillet 2012 a statué que la loi Informatique et libertés interdit de fournir à un site de généalogie les archives numérisées d’anciens cahiers de recensement pour une réutilisation commerciale. La cour convient que la liberté de réutilisation des archives publiques considérées comme des services culturels est consacrée par une disposition de la législation française mais la réutilisation doit satisfaire aux exigences de la loi Informatique et libertés. Par conséquent, l’autorité compétente saisie d’une demande de communication doit s’assurer que cette nouvelle exploitation des données soit conforme à la loi Informatique et libertés.
 Dans cette affaire, la société exploitante du site Genealogie.com avait demandé à de nombreux départements leurs données de recensement. Mais elle avait essuyé de nombreux refus et l’entreprise projetait de transférer ces archives à Madagascar, un pays n’assurant pas un niveau équivalent de protection aux données personnelles.

Il ne suffit pas de nommer un disque dur « données personnelles » pour lui conférer un statut protégé selon les lois sur la protection des renseignements personnels – France

Dans un arrêt rendu le 4 juillet 2012, la Cour de cassation a expliqué que la désignation « données personnelles » accolée au disque dur de l’ordinateur mis à la disposition d’un employé par l’employeur ne suffit pas à conférer un caractère personnel à l’ensemble des données qu’il contient. L’entreprise peut donc accéder aux fichiers qui n’étaient pas identifiés comme étant privés. Cette affaire concernait un employé qui avait stocké des fichiers à caractère pornographique. La Cour juge qu’il y là un usage abusif et contraire aux règles de l’entreprise.

Obligation de l’hébergeur de retirer promptement des vidéos illicites : l’obligation étendue au moteur de recherche du site – France

Le Tribunal de grande instance de Paris a condamné Dailymotion pour n’avoir pas retiré promptement certains vidéos dont les droits de diffusion appartenaient notamment à TF1 et LCI. Le jugement ordonne aussi à Dailymotion de retirer de son moteur de recherche des mots clés désignant ces deux chaînes de télévision. Ces suggestions, proposées aux internautes par le moteur de recherche, facilitent l’accès aux vidéos mis en ligne en violation des droits de TF1 et LCI. Le Tribunal n’a pas remis en cause le statut d’hébergeur de Dailymotion. Il a estimé que la mise en place d’un moteur de recherche avec des mots clés constitue une prestation technique s’inscrivant dans le rôle d’un hébergeur « qui doit assurer l’accessibilité des contenus ». De même le fait que le moteur de recherche facilitait le choix des mots clés est qualifié comme étant « une opération technique qui les suggère automatiquement en fonction du nombre de requêtes. Ainsi même si ces mots clés peuvent éventuellement être de nature à justifier la mise en œuvre des dispositions de l’article L. 336-2 du code de la propriété intellectuelle, leur seule existence ne suffit pas à modifier le statut et le régime de responsabilité de la société Dailymotion ».

Le pouvoir de l’employeur de lire les courriels des employés peut être encadré par les règlements de l’entreprise – France

La Cour de cassation a statué que le pouvoir de l’employeur de consulter les courriels de ses salariés peut être restreint par le règlement intérieur de l’entreprise. L'arrêt de la Cour rendu le 26 juin 2012 faisait suite à un litige né lorsqu’un cadre avait été soupçonné d’avoir utilisé ses fonctions pour récupérer dans la messagerie électronique de son PDG le bilan personnel de son salaire et l’ensemble des grilles de propositions d’augmentations pour les années à venir. Afin de vérifier les soupçons, la boîte de courriel du salarié avait été ouverte en son absence alors que le règlement intérieur de l’entreprise prévoyait que les messages des salariés ne peuvent être ouverts par la direction qu’en présence du salarié titulaire de la boîte de courriel.

La Cour prend soin de rappeler sa jurisprudence selon laquelle les courriels adressés ou reçus par un salarié sur les systèmes informatiques de l’employeur sont présumés professionnels et que de ce fait, l’employeur peut les ouvrir hors la présence de l’intéressé, sauf s’ils sont identifiés comme personnels. Toutefois, elle indique que « le règlement intérieur peut toutefois contenir des dispositions restreignant le pouvoir de consultation de l’employeur, en le soumettant à d’autres conditions ».

This newsletter is intended to keep members of IT.CAN informed about Canadian legal developments as well as about international developments that may have an impact on Canada. It will also be a vehicle for the Executive and Board of Directors of the Association to keep you informed of Association news such as upcoming conferences.

If you have comments or suggestions about this newsletter, please contact Professor Robert Currie, Director of the Law & Technology Institute, at robert.currie@dal.ca if they relate to Part 1 or Pierre Trudel at pierre.trudel@umontreal.ca if they relate to Part 2.

Disclaimer: The IT.CAN Newsletter is intended to provide readers with notice of certain new developments and issues of legal significance. It is not intended to be a complete statement of the law, nor is it intended to provide legal advice. No person should act or rely upon the information in the IT.CAN Newsletter without seeking specific legal advice.

© 2012 by Robert Currie, Stephen Coughlan, David Fraser, Pierre Trudel and France Abran. Members of IT.CAN may circulate this newsletter within their organizations. All other copying, reposting or republishing of this newsletter, in whole or in part, electronically or in print, is prohibited without express written permission.

Le présent bulletin se veut un outil d´information à l´intention des membres d´IT.CAN qui souhaitent être renseignés sur les développements du droit canadien et du droit international qui pourraient avoir une incidence sur le Canada. Le comité exécutif et le conseil d´administration de l´Association s´en serviront également pour vous tenir au courant des nouvelles concernant l´Association, telles que les conférences á venir.

Pour tous commentaires ou toutes suggestions concernant la première partie du présent bulletin, veuillez contacter le professeur Robert Currie à l’adresse suivante : robert.currie@dal.ca ou en ce qui concerne la deuxième partie, veuillez contacter Pierre Trudel à pierre.trudel@umontreal.ca.

Avertissement : Le Bulletin IT.CAN vise á informer les lecteurs au sujet de récents développements et de certaines questions á portée juridique. Il ne se veut pas un expos acute; complet de la loi et n´est pas destiné á donner des conseils juridiques. Nul ne devrait donner suite ou se fier aux renseignements figurant dans le Bulletin IT.CAN sans avoir consulté au préalable un conseiller juridique.

© Robert Currie, Stephen Coughlan, David Fraser, Pierre Trudel et France Abran 2012. Les membres d´IT.CAN ont l´autorisation de distribuer ce bulletin au sein de leur organisation. Il est autrement interdit de le copier ou de l´afficher ou de le publier de nouveau, en tout ou en partie, en format électronique ou papier, sans en avoir obtenu par écrit l´autorisation expresse.