CAN-TECH Newsletter/Bulletin
October 18, 2018/18 octobre 2018

Federal Court of Appeal finds CRTC’s regulation of agreements between content creators and broadcasters beyond its legislative powers

Issue hadn’t been decided by previous SCC decision related to the same provision, but fresh review leads to the same result

The Federal Court of Appeal has determined, in Bell Canada v. 7265921 Canada Ltd., that the CRTC has overstepped its legislative bounds by imposing a “wholesale code” (the Code) which regulates affiliation agreements between programming undertakings (PUs) and broadcasting distribution undertakings (BDUs). The wholesale code was made mandatory via Broadcasting Order 2015-439 (the Order).

Bell Canada, a PU, argued that the Code and Order are beyond the authority of the CRTC on the basis that:

  1. the Supreme Court of Canada had already decided this issue in the case of Cogeco;
  2. adopting the Code is not within the jurisdiction conferred on the CRTC by paragraph 9(1)(h) of the Broadcasting Act; and
  3. the Code, by operation, conflicts with Bell’s sole right to telecommunicate or authorize telecommunication of its copyright works and to licence the use of those works under the Copyright Act.

On the first issue, all three judges of the Federal Court of Appeal determined that that Cogeco case did not dispose of the issue. That case dealt with the question of whether the CRTC was authorized to implement a regime that allowed broadcasters to negotiate directly with BDUs for the retransmission of all of their signals (the CRTC found it wasn’t). The application of paragraph 9(1)(h) in this particular case remained an open question, still to be resolved. And the majority of the court resolved it be determining that the CRTC did not have jurisdiction to create the Code and issue the Order.

Applying a standard of reasonableness, the majority of the Court determined that s. 9(1)(h) does not grant a general power to regulate the terms and conditions of affiliation agreements. The section reads:

Licences, etc.

9 (1) Subject to this Part, the Commission may, in furtherance of its objects,

(h) require any licensee who is authorized to carry on a distribution undertaking to carry, on such terms and conditions as the Commission deems appropriate, programming services specified by the Commission.

Justices Wood and Nadon concluded that the CRTC’s apparent interpretation of this provision goes beyond the “ordinary meaning” of the language in paragraph 9(1)(h) and is not reasonably supported by a textual, contextual and purposive interpretation of the legislation. They concluded, it is not reasonable to expand the language of paragraph 9(1)(h) by way of necessary implication to include powers necessary to fulfill the CRTC’s mandate.

On the question of whether this scheme conflicts with Bell Canada’s rights under the Copyright Act, all three judges found that there was no conflict. Although the Code would restrict how a content owner (the PU) may exercise its copyright by limiting some of the terms and conditions it is allowed to include in an affiliation agreement, they are nevertheless free to decide whether to enter into an affiliation agreement at all, and the content owner would still retain control over how and when its copyright works will be used.

In addition, the Code does not conflict with Parliament’s purpose in creating a carefully balanced copyright regime. It does not purport to regulate copyright interests of the programming undertakings, but instead establishes minimum terms and conditions governing the affiliation agreements themselves. These agreements only come into being when the programming undertaking has decided it wants to license the use of its copyright. The programming undertaking can refuse the telecommunication of their copyright protected programs without their consent.

Anticipated e-discovery costs can be included in a security for costs order, but the challenge is predicting them.

Accurate pre-estimate of e-discovery difficult to achieve in the circumstances

The Alberta Court of Queen’s Bench, in PM&C Specialist Contractors Inc v Horton CBI Ltd (Lexis), has determined that the costs associated with eDiscovery are generally recoverable as disbursements in litigation, but are very hard to calculate in advance on a motion for security for costs.

The defendant HCBI applied for an additional $557,195 in security for costs against the plaintiff PM&C for disbursements incurred in relation to electronic document production and management, relying on a previous decision which had determined the plaintiff would be unable to pay costs if it were unsuccessful in the litigation. The earlier application had required the plaintiff to pay $780,000 in security plus GST. As of the time of the present application, HCBI’s total document production to date was 730,902 pages. Of the $557.195 sought, the Court ordered further security for costs in the amount of $165,000 plus GST were ordered.

The court canvassed a range of cases which had found that e-discovery costs were justifiable disbursements, though none of the cases approached the magnitude sought by the applicant in this case. There was significant difference in the factual submissions made by the parties, including the fact that one of the parties had no e-discovery costs as these services were provided by legal counsel who included it in the overall retainer. Ultimately, the Court determined that $165,000 was a reasonable figure in the circumstances and ordered the additional security for costs accordingly.

Cryptocurrency recognized as legal property by British Columbia court

Summary judgement, however, not the place to determine whether cryptocurrency is a good or a currency

In what is believed to be one of the first cases on the issue, the British Columbia Supreme Court in Copytrack Pte Ltd. v Wall has found that a cryptocurrency is legal “property”. The case is based on a rather convoluted situation in which the plaintiff had held an “Initial Coin Offering” (ICO). As part of the ICO, the defendant Wall purchased from Copytrack 530 “CPY Tokens”. Copytrack mistakenly transferred 530 different tokens, Ether Tokens, to Wall. The difference was significant as the 530 CPY Tokens had a value of $780, while the 530 Ether Tokens had a value of CA$495,000. Immediately after the erroneous issuance, Copytrack requested the tokens back from Wall who failed to return them, alleging that someone had hacked his Digital Wallet and had transferred the Ether Tokens out of his Wallet and out of his control, rendering him unable to return them.

Copytrack sought summary judgement on a number of grounds, summarized by the Court:

[6] This application is thus brought by Copytrack seeking a number of orders relating to what it says is Wall's wrongful retention or conversion of the Ether Tokens. Copytrack seeks summary judgment pursuant to Rule 9‑6 of the Supreme Court Civil Rules. While Copytrack’s notice of civil claim alleges a number of different causes of action, its summary judgment application was limited to its claim for conversion and wrongful detention in respect of the Ether Tokens.

The defendant Wall died the day after Copytrack’s application for summary judgement was heard. The parties agree that Wall’s death did not affect Copytrack’s claim, however the Court found that Wall’s death had practical implications when they chose not to send the matter to trial as no further or better evidence could come from Wall to help substantiate his bald assertion about the theft of the Ether Tokens.

Copytrack argued that the cryptocurrency had the following characteristics, summarized at paragraph 30 of the decision:

  1. They are capable of being possessed, stored, transferred, lost and stolen
  2. They were, at the time the conversion and wrongful detention began, held in the Wall Wallet;
  3. They are specifically identifiable and have been traced to five wallets in which they are currently being held; and
  4. They can be used as a medium of exchange, a store of value, and a unit of account, like funds or currency.

After considering brief arguments in favour of and against classifying Cryptocurrency as a “good” for the purposes of claims in conversion and detinue, the Court found that (1) whether Cryptocurrency was a good was a dispositive issue in Copytrack’s conversion and detinue claims and that this case lacked the evidentiary record to make that determination, and that (2) it would be inappropriate to decide the matter on summary judgement.

The Court did, however, conclude that regardless of the characterization of the Ether Tokens as a good or as currency, there was no doubt that the Tokens were the property of Copytrack, that they were sent in error, that they were not returned when demanded, and that Wall has no proprietary claim in them. Therefore, the Court ordered that Copytrack is entitled to “trace and recover the 529.8273791 Ether Tokens received by Wall from Copytrack on 15 February 2018 in whatsoever hands those Ether Tokens may currently be held.”

No Spousal Privilege in Texts

Alberta CA confirms that no privilege adheres to text messages between spouses, seized by police under a production order

In R. v. Cuthill, the Alberta Court of Appeal considered the application of spousal privilege to text messages. The accused married couple, Cuthill and Rempel, were convicted of the first degree murder of Cuthill’s former spouse. The Crown’s evidence against the two included various text messages exchanged between the two that contained discussions of the plan to kill the victim and dispose of his body. The police obtained these texts by way of a production order issued as against Cuthill’s cell service provider, Telus. The Court of Appeal noted in passing that at the time the production order was executed, 2010, Telus was the only major cell provider that retained the actual messages, as at the time others were only preserving data about date/time of texts, who texted whom, etc. Cuthill appealed the trial judge’s decision that the “spousal communications privilege” did not apply to the texts. The privilege is contained in s. 4(3) of the Canada Evidence Act, which reads:

4(3) No husband is compellable to disclose any communication made to him by his wife during their marriage, and no wife is compellable to disclose any communication made to her by her husband during their marriage.

The Court of Appeal first noted that the jurisprudence around the privilege establishes definitively that it applies to and protects only the testimony of a spouse when he/she is testifying, and does not otherwise protect communications between spouses; the testifying spouse cannot be compelled to disclose the communications during testimony itself. “It follows that spousal communications discovered independently, for example by being overheard or contained in a letter found by another, are not subject to privilege.” (para. 24) Accordingly, s. 4(3) did not operate to exclude the communications. Cuthill also argued that the texts should have been excluded under s. 189(6) of the Criminal Code, which preserves privilege in any communication was that was intercepted by a wiretap, under Part VI of the Code. The Court held that, even if there was any privilege, this argument was overcome by the Supreme Court of Canada’s 2017 decision R. v. Jones, in which the Court held that using a production order to seize communications already in existence did not amount to a wiretap interception under Part VI, and thus s. 189(6) did not apply.

Cuthill finally argued that the Court of Appeal should apply the “spirit and intention” which underpinned Parliament’s creation of the protections for privilege in both of these parts of the Code, and rule that the texts should have been excluded. The Court responded that imposing the kind of broad interpretation for which she was advocating would require it to ignore the plain meaning of the words used in the provisions and the recent jurisprudence interpreting them. Parliament, it noted, had recently amended s. 4 of the Code to remove other impediments to spouses testifying against each other, which appeared to evince a more and not less restrictive approach to protection of the communications. While there might be some potential to fill a “statutory gap” where one could be identified, and thus read broader protections into the provisions, courts should only resort to this solution where it was required in order to correct obvious legislative oversight and fulfil the legislator’s clear intention (inter alia). The solution proposed by Cuthill “would not be patching a minor gap; it would be re-writing the legislation.” (para. 33) This ground of appeal was dismissed.

Tweet Defamation Action Defeated by Anti-SLAPP Statute

Ontario CA rules potentially defamatory tweets are “matter of public interest”

Fortress Real Developments Inc. v. Rabidoux is one of a set of Ontario Court of Appeal decisions released in late August, 2018, which interpreted and applied s. 137.1(3) of the Ontario Courts of Justice Act, which provides as follows:

On motion by a person against whom a proceeding is brought, a judge shall, subject to subsection (4), dismiss the proceeding against the person if the person satisfies the judge that the proceeding arises from an expression made by the person that relates to a matter of public interest.

This provision is often referred to as an “anti-SLAPP” law, meaning that it provides a procedural mechanism for defendants in civil actions to have the actions dismissed if they can be fairly construed as “Strategic Litigation Against Public Participation.” Rabidoux is one of a set of keenly-anticipated decisions by the Court of Appeal which were simultaneously released. In the case itself, Rabidoux was the sole proprietor of business through which he provided market research and media commentary regarding the Canadian real estate market. His point of view was that the Canadian market is over-hyped, over-priced and under-regulated, leading to predatory behaviour by large corporations operating in the sector. He tweeted regularly on these topics to his approximately 4,000 Twitter followers, and the tone of his tweets tended towards the sarcastic, acerbic and entertaining. For about four years he and his followers had been engaged in something of a Twitter war with the Fortress defendants, which were massive and profitable national real estate development companies. On two occasions, Rabidoux tweeted statements that Fortress viewed as defamatory, and in response to demand letters Rabidoux publicly retracted the statements, apologized and agreed to refrain in the future. In 2015 he issued a series of Tweets which did not name Fortress but in which, in the Court’s description:

Mr. Rabidoux made sarcastic remarks about the impact of the downturn of the real estate market in Calgary on the value of real-estate-based investments in that city. Another tweet referred sarcastically to the suggestion, apparently made by unnamed sources, that the Winnipeg real estate market was attracting significant foreign investment. Fortress had substantial real estate projects in Calgary and Winnipeg.

…The tweets went on to assert that some operators would be in immediate trouble with the OSC because they had previously been sanctioned by the OSC. Finally, Mr. Rabidoux tweeted, “all that’s assuming these guys don’t blow themselves up before that, which may very well happen”.

Fortress sued Rabidoux in defamation, asserting that seen in the context of their entire history of Tweets, readers would recognize that the reference to “shady operators” referred to them.

Referring to its concurrently-released decision in Pointes Protection Association, the Court of Appeal noted that it had adopted a broad interpretation of the meaning of “public interest” as contained in s. 137.1(3):

In summary, the concept of “public interest” as it is used in s. 137.1(3) is a broad one that does not take into account the merits or manner of the expression, nor the motive of the author. The determination of whether an expression relates to a matter of public interest must be made objectively, having regard to the context in which the expression was made and the entirety of the relevant communication. An expression may relate to more than one matter. If one of those matters is a “matter of public interest”, the defendant will have met its onus under s. 137.1(3).

The Court noted that the ultimate purpose of Rabidoux’s tweets was to educate the public about the riskiness of certain kinds of real estate investment, which was clearly a “public purpose.” The motions judge had been largely correct in assessing the heart of the claim to be about the subjective and personalized interpretation of the Tweets by Fortress’s principals, and that they would be unlikely to attract more than nominal damages in any successful defamation action. The Court upheld the motions judge’s decision to dismiss the action under s. 137.1(3), writing:

[50] The “gag” Fortress tried to place on Mr. Rabidoux by the terms of the agreement speaks to the potential damage done to the public interest in protecting Mr. Rabidoux’s freedom of expression if Fortress’s claim were allowed to proceed. By advancing a claim under the agreement, Fortress seeks to exclude Mr. Rabidoux from any public discourse relating to Fortress and its principals. In my view, that consequence sits firmly on the side of the public interest analysis in s. 137.1(4)(b) that favours Mr. Rabidoux’s position.

[51]       Nor do I accept Fortress’s submission that the tone and content of the impugned tweets render them unworthy of any public interest protection. In keeping with the medium and the intended audience, the tweets are conclusory and, in some respects, sarcastic. There is, however, no basis upon which to conclude that they are deliberately false or were intended to mislead. While the subject matter and tone may disentitle Mr. Rabidoux from claiming any special or added public interest in the expressions, the tweets retain the inherent value that most expressions on matters of public interest have: see Pointes, at para. 93.

Équivalence du support papier et du document technologique pour un certificat d’assurance auto

Il est reproché au défendeur, en date du 25 février 2018, de ne pas avoir été en possession de son attestation d’assurance, en contravention de l’article 35 du Code de la sécurité routière (CSR). Le défendeur admet qu’il n’avait pas de copie papier, mais en possède une dans son téléphone cellulaire que l’agent refuse de regarder. Le rapport ne mentionne pas cette information. Un constat lui est signifié. La poursuite prétend que l’article 98 de la Loi sur l’assurance automobile impose l’obligation de détenir et exhiber une copie papier de l’attestation d’assurance.

L’article 35 du Code de la sécurité routière exige-t-il de posséder une copie papier de l’attestation d’assurance ou si une copie sur support électronique, comme un téléphone cellulaire, répond aux exigences de la loi? Le défendeur a reçu, par courriel, son attestation d’assurance qu’il a conservé dans son téléphone cellulaire. Elle n’a pas été transmise par un autre moyen. Le Tribunal considère que le libellé de l’article 35 du Code de la sécurité routière permet de posséder une copie, sur support électronique, de son attestation d’assurance. L’objectif de posséder le document est de pouvoir donner, si nécessaire, tous les renseignements contenus sur l’attestation. Cela est aussi possible sur support papier.

La poursuite soutient que les compagnies d’assurance ont l’obligation, selon l’article 98 de la Loi sur l’assurance automobile, de transmettre une copie papier. Mais cela ne reflète pas le libellé du texte de loi. Le terme utilisé est « émet ». Si un conducteur est en mesure d’exhiber son attestation d’assurance pour le véhicule qu’il conduit, et transmettre ainsi l’information requise, que cette dernière soit sur support papier ou électronique ne fait pas de différence. L’attestation d’assurance ne requiert pas une obligation de signature du document, contrairement à ce qui est prévu à l’article 27 du Code de la sécurité routière pour les immatriculations.

Commentaires diffamatoires d’une employée publiés sur RateMyEmployer.ca

Digital Shape Technologies Inc. (DST) ainsi que son président poursuivent une ex-employée de l’entreprise, Jessica Walker en raison de commentaires négatifs publiés anonymement en 2012 sur le site RateMyEmployer.ca, site dont la vocation se veut d’« offrir à des employés d’une entreprise de s’exprimer, de faire part de leur expérience d’emploi et d’émettre une opinion de façon anonyme afin d’en faire profiter les autres ». Ils invoquent les obligations de loyauté de l’employée et les clauses de confidentialité et de non-dénigrement convenues à la fin de son emploi. Ils font également valoir que les propos diffamatoires portent atteinte à la réputation de l’entreprise et à celle de son dirigeant. Ils réclament des dommages compensatoires et punitifs de 75 000 $ chacun. Walker reconnaît être l’auteure de deux des commentaires reprochés, qui représentent selon elle l’expression de sa compréhension et perception de la situation chez DST à l’époque de son emploi.

D’abord, concernant la clause de confidentialité, le Tribunal rappelle qu’en 2011, DST soupçonnait des fuites d’informations confidentielles au sein de l’entreprise et a engagé des enquêteurs privés qui ont rencontré les employés, soit l’enquête à laquelle Walker fait référence dans son commentaire sur RateMyEmployer.ca. Les employés de DST ont été préalablement informés par son président, qui a exigé notamment leur discrétion. À l’occasion de cette enquête, Walker a signé une déclaration solennelle. Le Tribunal estime que Walker, au moment d’écrire et diffuser ses propos sur RateMyEmployer.ca, était consciente et informée que cette enquête interne relevait des affaires privées de l’entreprise et qu’en y faisant référence dans son commentaire, elle savait ou aurait dû savoir qu’elle allait à l’encontre de son engagement dans la clause de confidentialité. Par conséquent, la divulgation au grand public de la tenue de cette enquête interne jusqu’alors traitée comme privée et confidentielle constitue une première entrave aux engagements contractuels souscrits à la fin de son emploi. Mais il y a plus. En ce qui a trait à la clause de non-dénigrement, elle implique clairement une restriction à la liberté d’expression de Walker, alors que l’ex-employée s’engage à ne pas faire des commentaires négatifs ou dénigrants visant DST, sa gestion, ses services et son produit. En quelque sorte, cette clause constitue une extension du devoir de loyauté qui englobe notamment la protection de la réputation de l’employeur. À tout évènement, le Tribunal estime que dans ses commentaires sur RateMyEmployer.ca., Walker publie des propos clairement négatifs et dénigrants, voire faux et diffamatoires à l’endroit de DST, alors qu’elle s’est engagée envers l’entreprise à ne pas le faire. Elle commet ainsi une faute contractuelle et se trouve responsable des dommages subis par l’entreprise.

À la lumière de la jurisprudence en matière de diffamation strictement, sans tenir compte de son devoir de loyauté (2088 C.c.Q.) et des engagements souscrits à la fin de son emploi, Walker a certainement la liberté de s’exprimer sur un site Internet comme RateMyEmployer.ca, une opinion défavorable selon son expérience de travail au sein de DST, écrire que selon elle, ce n’est pas un endroit agréable pour travailler, que l’atmosphère est terne, que la gestion n’est pas adéquate et qu’elle ne recommande pas cette entreprise aux internautes en recherche d’emploi. C’est en réalité ce que fait Walker dans son deuxième commentaire.

Cependant, l’analyse du premier commentaire publié par Walker, à la lumière de l’ensemble des faits, démontre que pour justifier l’expression d’une opinion défavorable envers DST, elle fait plusieurs affirmations factuelles qui s’avèrent fausses, non fondées, déformées ou exagérées. Walker présente plus qu’un point de vue ou une opinion; elle fait valoir des faits présentés comme personnellement observés et véridiques, soit un taux de roulement démesurément quantifié lié à une quantité importante de congédiements sans cause juste et suffisante au sein de l’entreprise. Ce n’est pas exact, son message s’oppose à la réalité, en raison des demi-vérités et de la présentation tendancieuse et déraisonnable de la situation. Elle cherche vraisemblablement à amplifier la situation pour susciter des sentiments défavorables ou désagréables à l’égard de DST. Par sa présentation erronée et tendancieuse des faits, le commentaire de Walker s’écarte de la norme de comportement qu’adopterait une personne raisonnable dans les circonstances et constitue une atteinte fautive à la réputation de DST, mais non à la réputation personnelle de son président. Le Tribunal estime raisonnable de fixer les dommages moraux compensatoires de DST à la limite inférieure de la fourchette jurisprudentielle, soit la somme de 10 000 $.

Dans les circonstances, le Tribunal accorde aussi un montant de 1 000 $ à titre de dommages punitifs. En l’espèce, Walker s’en est pris à l’entreprise DST sur un site qui permet d’émettre une opinion sur son expérience d’emploi de façon anonyme afin d’en faire profiter les autres, sachant que les personnes intéressées par un emploi pourront y lire des informations pour les dissuader. Elle ne ménage pas ses mots, touche plusieurs aspects importants et très sensibles de l’entreprise, déforme et exagère une situation difficile existante au sein de l’entreprise. Le fait de renchérir dans un deuxième commentaire démontre sa volonté évidente de porter atteinte à la réputation de l’entreprise, sachant que ces commentaires auront des conséquences immédiates sur la réputation  de l’employeur auprès des chercheurs d’emploi, à tout le moins, et intentionnellement pour tenter de désintéresser des candidats. Il ne s’agit pas d’un simple commentaire diffamatoire fait publiquement, avec insouciance et sans objectif précis. Ici, Walker s’adresse à des usagers intéressés, notamment des chercheurs d’emploi avec vraisemblablement l’intention que ses commentaires inexacts aient un impact réel sur l’employeur. Somme toute, le Tribunal estime que le choix du site RateMyEmployer.com combiné avec une multiplication de faits et de commentaires erronés, puis l’intervention d’un second commentaire pour tenter d’accentuer sa crédibilité, font preuve d’une atteinte illicite et intentionnelle aux droits de DST.

Demande de communication de documents en possession de Facebook

Le demandeur soutient que le défendeur aurait terni sa réputation en partageant publiquement, sur le réseau social Facebook, sa photographie accompagnée de propos qu’il estime mensongers. Afin de pouvoir établir le bien-fondé de son allégation, il demande une ordonnance contraignant la mise en cause, Facebook Canada Ltd, à lui transmettre « copie des deux (2) publications Facebook du défendeur, […], de même que l’intégralité des commentaires, des réactions et des partages de ces publications ».

Le Tribunal convient que les documents sollicités sont de nature à faciliter la preuve que doit apporter le demandeur s’il veut pouvoir le convaincre qu’un « citoyen ordinaire », récepteur des propos litigieux, estimerait que sa réputation se trouve ternie par la faute du défendeur. Mais la demande a une portée trop vaste. En ce qui a trait à la photographie du demandeur et au texte l’accompagnant, le défendeur admet les avoir diffusés par l’entremise de son compte Facebook. Contraindre la mise en cause à les communiquer n’apparaît donc pas utile à la progression du débat judiciaire.

Pour ce qui concerne les commentaires, réactions et partages relatifs aux publications de la photographie du demandeur et du texte litigieux, il y a lieu de contenir l’ordonnance de communication. Certes, les « commentaires » et « réactions » émanant de tiers ne peuvent être attribués au défendeur lui-même. Toutefois, ils peuvent constituer un indicateur du niveau d’attention que ses propos ont suscité chez les autres, le cas échéant. Dans la mesure où ces « commentaires » ou « réactions » ont été formulés publiquement sur Facebook, ils demeurent pertinents aux fins du litige. L’identité de ces « commentateurs publics » n’a pas à être maintenue confidentielle dans la mesure où ces personnes n’ont pas cherché elles-mêmes à la protéger en restreignant, par exemple, la diffusion de leurs propos à des personnes bien ciblées, par souci de confidentialité.

Quant aux personnes dont la réaction s’est limitée à cliquer sur l’icône « J’aime », sans autre commentaire, il n’est pas nécessaire que leur identité soit révélée au demandeur. La seule communication du nombre de personnes qui ont exprimé ainsi leur réaction suffit dans les circonstances. La même solution s’impose en ce qui a trait aux personnes qui ont simplement partagé le message litigieux à d’autres usagers de Facebook, sans nullement le commenter.

Erreur dans l’appréciation de la preuve quant à la notification par courriel

En avril 2018, la Régie du logement a rendu un jugement par défaut contre la locataire et résiliant le bail qui la liait à la locatrice pour non-paiement de loyers, et ordonnant son expulsion du logement. En juin, la locataire dépose une demande de rétractation de cette décision, alléguant n’avoir jamais reçu la demande ni l’avis de convocation à l’audience; la Régie rejette sa demande en août. La locataire demande maintenant la permission d’en appeler de cette décision. Elle soutient que le juge administratif a erré en ne considérant pas la preuve à l’effet qu’elle n’a jamais reçu signification de la demande de la locatrice ni reçu l’avis d’audition, ce qui l’empêche de se présenter et de se défendre, sans négligence de sa part. La Cour doit déterminer si la locataire a fait la preuve prima facie que la question en jeu en est une qui doit être soumise à la Cour du Québec, qu’elle est sérieuse, nouvelle, controversée ou d’intérêt général.

La locataire admet que l’adresse courriel apparaissant sur le rapport de notification est bien la sienne, qu’elle a ouvert et téléchargé le courriel et la pièce jointe. Elle nie cependant que la demande qui lui est alors signifiée soit celle qui la concerne. Une telle demande concernerait une autre personne. La locataire déclare avoir prouvé que le 28 février 2018, le jour même où elle a reçu la notification par courriel, elle a adressé un courriel à la locatrice l’informant avoir reçu des informations confidentielles qui ne lui appartenaient pas et lui demandant de vérifier ces documents pour clarification. Il en découle que la locataire a établi prima facie que dans son appréciation de la preuve quant à la notification de la demande, le juge administratif a commis une erreur manifeste et dominante pouvant donner ouverture à l’appel entraînant une atteinte au droit de la locataire à une défense pleine et entière et à son droit d’être entendue. Il y a donc lieu d’autoriser un appel relativement à la  décision rejetant la demande de rétractation.

Droit d’accès à des documents et valeur légale de ceux-ci

Le demandeur demande l’accès à des plans, règlements et projets de règlements adoptés lors de la séance du conseil municipal. Il juge les documents reçus incomplets ou sans valeur légale, notamment en raison de signatures manquantes et de différences entre les deux versions. Il soulève qu’il existe des différences entre les deux versions des documents qui lui ont été remises, notamment quant au format, à la pagination et à la mise en page. De plus, il souligne qu’il manque des signatures sur certains documents, et que la version papier comporte des notes manuscrites, des initiales et des annexes qui ne se trouvent pas dans la version informatique. Il met donc en doute l’intégrité et la valeur légale des documents reçus.

La Commission d’accès à l’information constate que deux versions des documents existent, une version informatique et une version papier, et qu’elles ont toutes deux été transmises au demandeur. Chaque version contient de l’information délimitée et structurée, de façon tangible et intelligible. En soi, le fait qu’un document existe sous plusieurs formats et que la mise en page soit différente entre ces formats n’empêche pas que chacun de ces formats soit intègre et susceptible de faire l’objet d’une demande d’accès.

De plus, le fait que la version papier puisse comporter des signatures, notes manuscrites, initiales et annexes supplémentaires ne signifie pas que la version informatique est incomplète. Son existence est distincte et reflète l’état du document tel qu’il prévalait à un moment précis. Par ailleurs, dans l’exercice de ses fonctions, la Commission n’a pas à se prononcer sur le processus d’adoption des règlements par la municipalité et sur la conformité ou non des documents à celui-ci. Elle n’a pas à trancher la question de leur valeur légale, puisque les documents ne sont pas des éléments de preuve dont elle doit déterminer l’admissibilité et la valeur probante, mais plutôt les documents qui sont l’objet même de la demande d’accès. Or, toutes les versions existantes ont été transmises au demandeur. La Commission n’a pas non plus à déterminer, de façon théorique, leur valeur probante ni leur admissibilité en preuve future devant d’autres tribunaux. Le cas échéant, cet exercice reviendra aux tribunaux devant lesquels ils pourraient être produits en preuve.

Admissibilité en preuve de fichiers audio et de leur transcription

La décision dispose d’une objection à l’admissibilité d’une volumineuse preuve que les parties reconnaissent être au cœur du recours intenté par le demandeur et constituée de fichiers audio, que le père du demandeur a générés à partir d’une enregistreuse et les transcriptions du contenu de plusieurs de ces fichiers audio, faites par un sténographe officiel.

Le Tribunal rappelle qu’un enregistrement audio n’est pas un écrit. Il est considéré comme un commencement de preuve par écrit. De plus, un fichier audio n’est pas davantage considéré comme un témoignage; il s’agit d’un procédé distinct de la preuve écrite ou testimoniale. Des enregistrements mécaniques peuvent être présentés en preuve lorsque les conditions d’admissibilité sont satisfaites et que le contenu de ceux-ci est pertinent au litige. Mais comme l’utilisation de l’appareil, qui permet d’enregistrer des conversations à l’insu de certains des interlocuteurs, demeure soumise à son opérateur, il demeure sujet à de possibles abus. Il revient à la personne qui veut introduire cette preuve de démontrer l’identité des locuteurs, que le document est parfaitement authentique, intégral, inaltéré et fiable, et que les propos sont suffisamment audibles et intelligibles.

Dans la gestion de moyen de preuve, la chaîne de possession de tels éléments de preuve est capitale. Et même si tous les critères sont démontrés, le fichier audio qu’une partie veut introduire en preuve doit aussi avoir une certaine valeur probante, cette dernière découlant en partie de l’analyse des autres critères. Dans certains cas, la valeur probante vient après, dans la séquence. Le juge saisi d’une objection à l’admissibilité d’une telle preuve doit aussi être sensible au fait qu’une partie demande d’introduire uniquement certains extraits des enregistrements obtenus, se livrant alors à du cherry picking, c’est-à-dire en ne voulant soumettre que ceux qui soutiennent le mieux sa thèse. Cela se produit parfois lorsqu’il existe plusieurs enregistrements. Il faut alors vérifier si certains des enregistrements obtenus et que l’on ne veut pas produire ont été détruits et si l’on n’a gardé que ceux qui nous conviennent. Le fait qu’il y ait repiquage, c’est-à-dire que l’opérateur ne choisisse que certains extraits des enregistrements obtenus et qu’il les reproduise ensuite sur un support en permettant l’écoute, afin de les présenter à la cour, ne signifie pas nécessairement que les éléments repiqués doivent être rejetés

Le Tribunal décide de prendre toute cette preuve sous réserve pour avoir ensuite le bénéfice de tous les éléments de preuve présentés lors de l’audition. Cela permettra de parfaire l’analyse des différents critères qui doivent être satisfaits pour que la preuve que le demandeur souhaite déposer puisse être valablement introduite au dossier.

Demande de renvoi sur l’existence d’un droit de déréférencement des résultats de recherche selon la LPRPDE

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a demandé à la Cour fédérale de déterminer si le moteur de recherche de Google est assujetti à la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels lors de l’indexation de pages web et de la présentation des résultats de recherche concernant le nom d’un individu. La demande de renvoi fait suite à une plainte d’un individu qui soutient que Google contrevient à la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques(LPRPDE), en affichant de façon évidente dans les résultats de recherche des liens vers des articles de presse publiés en ligne le concernant lorsque son nom est recherché.

Propositions d’imposer des quotas aux médias audiovisuels en ligne – France

La Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale a déposé un « rapport d’information sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’heure du numérique » rédigé par la rapporteure Aurore Bergé. Inspiré par la nécessité de « changer de paradigme normatif », on y met de l’avant une quarantaine de propositions destinées à « élargir, assouplir et simplifier » la réglementation en vigueur. 

Pour les services de médias audiovisuels à la demande qui ne sont pas soumis, à l’heure actuelle, à la réglementation française en raison de leur établissement dans d’autres États membres de l’Union européenne, le rapport évoque la possibilité pour la France de se prévaloir du progrès permis par la révision en cours de la directive SMA (service des médias audiovisuels) : assurer la diversité culturelle et l’exposition des œuvres européennes en appliquant un quota de 30 % d’œuvres européennes aux catalogues mis à disposition du public européen par des services tels que Netflix ou Amazon.

Au-delà du quota d’œuvres présentes dans le catalogue, c’est leur degré d’exposition qui importe : eu égard à la profondeur de certains catalogues, il est clair que l’efficacité du quota résidera essentiellement dans la mise en œuvre d’une obligation d’exposition, telle qu’elle existe par exemple aujourd’hui pour les pages d’accueil des services de médias audiovisuels à la demande établis en France.

Le rapport avance en outre la proposition de créer un dispositif spécifique permettant de bloquer temporairement, dans des délais extrêmement brefs, l'accès aux pages de sites diffusant sans autorisation des contenus en live streaming. Il recommande aussi de faire converger la fiscalité applicable aux acteurs historiques de l'audiovisuel et aux nouveaux services numériques présents sur le marché français.

L’autorité belge de protection des données veut un déréférencement de portée mondiale

Dans une décision de décembre dernier, la Commission belge pour la protection de la vie privée (aujourd’hui l’Autorité de protection des données) a estimé qu’un déréférencement limitativement effectué (territorialement parlant) ne peut être considéré comme satisfaisant au regard de l’article 12 de la loi relative à la protection de la vie privée, mais également au regard de la jurisprudence de la Cour de justice de l’union européenne (CJUE) depuis l’arrêt « Google Spain » consacrant le droit à l’oubli numérique.

La Commission rappelle que rien dans l’arrêt « Google Spain » ne suggère qu’un moteur de recherche aurait le droit de limiter l’implémentation du déréférencement par régions ou par pays. Ainsi, les différentes extensions d’un moteur de recherche ne peuvent être considérées autrement que comme autant de chemins d’accès techniques à un seul et même moteur de recherche, permettant un seul et même traitement. Les URLs du moteur de recherche ne peuvent dès lors faire l’objet de décisions de blocages différenciées selon les origines de localisation territoriale artificielles. La limitation territoriale aboutit, selon la Commission, à priver d’effets utiles l’exercice du droit à la protection de la vie privée. La Commission insiste sur le fait que le respect des droits de la personnalité en matière de vie privée, par les sous-traitants ou responsables, doit être logique et cohérent et ne doit pas varier en fonction du pays ou de son droit. Le critère n’est pas l’espace économique ou juridique, mais bien la personne et ses droits.

À signaler